Interview d'un nouvel arrivant dans l'Unité de Recherche BioWooEB : Bruno Piriou (chercheur)

Bruno, chercheur spécialisé en combustion moteur et biocarburants, a été recruté récemment par BioWooEB. Afin de mieux le présenter, il s'est prêté au jeu de l'interview.

Bonjour et bienvenue Bruno, présente-nous ton parcours en quelques mots : études, emploi(s) précédent(s), réalisations, etc. ?

Bonjour, je suis originaire de Quimper en Bretagne, j'ai suivi une formation en physique et chimie des matériaux en IUT Science et Génie de la Matière à Saint-Brieuc, puis en Magistère Matériaux à Rennes.

J'ai travaillé sur les oxydes céramiques pour l'énergie lors de différents stages en laboratoire en France, Australie, Italie. Puis j'ai fait partie d'un programme européen pour les jeunes chercheurs (INECSE) au cours duquel j'ai fait ma thèse à l'Institut de Recherche sur la Combustion à Naples en Italie. J'y ai découvert le monde de la catalyse appliquée aux procédés de transformation de la biomasse en énergie. C'est aussi là-bas que j'ai pris conscience du poids de l'accès à l'énergie dans la paix des populations et de leurs échanges… et de la différence fondamentale qu’il y a entre une pizza et une bonne pizza.

Quels seront ton rôle et tes activités au sein de BioWooEB ?

Je travaille principalement sur la combustion en moteur et en brûleur et sur les biocarburants en général. Plus particulièrement, je travaille au développement d'un nouveau biocarburant à base de poudre de biomasse. Et je reprends progressivement mes activités en gazéification de la biomasse. Dans le cadre de ces activités, je participe aux réflexions de BioWooEB concernant le conditionnement des ressources lignocellulosiques en vue de leur conversion énergétique (broyage, séchage, stockage, convoyage).

Quel est ton véhicule ? Tu roules donc au biocarburant ?

Je roule en Peugeot 104, je l’ai achetée à Saint Malo il y a 10 ans. Elle a traversé la France, l’Italie et fait quelques incursions en Espagne. A 34 ans passés, 700 kilos, 1 litre de cylindrée et 50 chevaux, elle attend sa version biofuel avec impatience.

Publiée : 23/06/2015

Cookies de suivi acceptés