Interview d'un nouvel arrivant dans l'Unité de Recherche BioWooEB : Gwendal Vonk (doctorant)

Gwendal a débuté sa thèse Cifre en septembre 2015, en partenariat avec l’entreprise Enerxyl située dans les Côtes d'Armor (22). Elle s'intitule "Caractérisation de la gazéification de combustibles solides de récupération (CSR) en vue d’optimiser leur utilisation dans une unité de cogénération gazogène".
A son tour de se prêter au jeu de l'interview "nouvel arrivant".

Bonjour et bienvenue Gwendal, présente nous un peu ton parcours : études, emploi(s) précédent(s), réalisations, etc. ?

Je m’appelle Gwendal et je viens de Langueux à côté de Saint-Brieuc. Je suis passé par une prépa à Saint-Brieuc pour intégrer l’ENSIC Nancy. J’ai effectué un ERASMUS d’un an à Stuttgart en Allemagne où j’ai passé 6 mois en recherche dans le domaine de l’énergie en caractérisant la broyabilité des biomasses torréfiées. Mon stage de fin d’études s’est fait chez Veolia au nord de Rennes où j’ai démarré un filtre à charbon actif à lavage continu pour la production d’eau potable, le premier de son type. Je voulais travailler dans l’eau ou l’énergie et j’ai finalement choisi l’énergie. C’est à la base de tout et est le facteur principal aujourd’hui.

Quels seront ton rôle et tes activités au sein de BioWooEB ?

Je suis entre mon entreprise en Bretagne, le laboratoire Chimie et Ingénierie des Procédés à Rennes de Dominique Wolbert mon directeur de thèse et l’UR BioWooEB encadré par Gilles Vaitilingom mon co-directeur de thèse, ainsi que Bruno Piriou. Je vais m’intéresser aux comportements des Combustibles Solides de Récupération en gazéification. Il s’agit de déchets traités et triés qui sont ensuite utilisés comme combustibles. Il faudra se focaliser sur le gaz de synthèse sans oublier les effluents produits, les impacts sur le procédé, l’environnement… dans le but d’apporter des données sur ces nouveaux combustibles.

Il parait que l'amicale des fêtes de Paimpol cherche des solutions de production d'énergie décentralisée pour ses fest-noz d'été : à quand le moteur à cidre ? 

Effectivement, l'énergie est un point important surtout pour la Bretagne qui ne possède plus de nucléaire (la centrale expérimentale de Brennilis est en déconstruction depuis 1985, ce qui donne une idée du temps qu'il faudra pour les autres centrales, bien plus grosses...). Cependant un carburant alternatif à l'essence se développe en France: le superéthanol (E85), 85% éthanol - 15% SP95, produit à partir de betteraves. En Bretagne on produit par distillation du cidre du "Lambig", ou eau-de-vie de cidre, qui titre à 70%. Les moteurs à essence actuels fonctionnent très bien à l'E85, donc d'ici peu on va pouvoir carburer au cidre en Bretagne, les Hommes comme les machines !

Publiée : 10/03/2016

Cookies de suivi acceptés