Xylothèque : plus de 8000 espèces référencées

Date de mise à jour : 5 septembre 2017

Une collection d’échantillons de bois tropicaux parmi les plus importantes au monde : un outil précieux pour étudier la structure anatomique des bois et éventuellement la physiologie des arbres.

La collection de bois, ou xylothèque (du grec xulon, "bois"), se limite aux espèces donnant des arbres de plus de 10 cm de diamètre et poussant sous les climats tropicaux (à quelques exceptions près). Elle possède environ 35400 spécimens représentant 8420 espèces, 2155 genres et 235 familles botaniques. Les échantillons dont la taille standard est de 13 x 6 x 1 cm sont rangés selon un système complexe combinant ordre d'évolution botanique, cadre alphabétique et ordre géographique. Cette organisation a l’avantage de grouper des bois ayant des structures voisines car appartenant à une même famille ou à des familles botaniquement proches, et donc de simplifier leur accès.

Les plus anciens échantillons de la xylothèque sont des bois du Brésil, présentés à l’exposition universelle de 1867 ! Leur valeur est souvent plus historique que scientifique. Elle a ensuite été enrichie par des missions forestières coloniales, des expéditions botaniques, puis par le service des inventaires forestiers du Centre technique forestier tropical, l’un des instituts d’origine du Cirad. La collection de bois a pris son caractère scientifique en 1937. Elle se trouvait alors à Nogent-sur-Marne, dans le bois de Vincennes, puis a été transférée à Montpellier en 1994.

Pour chaque essence, la collection possède une petite plaquette de bois d'un centimètre d’épaisseur (parfois des doubles) et un petit cube permettant d’observer les trois plans et d'effectuer une comparaison directe avec un échantillon inconnu à identifier. 

Patrick Langbour gère la xylothèque avec soin et minutie en plusieurs étapes :

  • Il contrôle chaque échantillon entrant avant son enregistrement ;
  • Il recherche les identifications récentes dans les Instituts de botanique afin de mettre à jour les dénominations botaniques de spécimens jusqu’à présent non répertoriés ;
  • Il met à jour la nomenclature en utilisant les résultats des travaux récents des botanistes systématiciens ;
  • Il classe les spécimens et les coupes anatomiques correspondantes.

Des études systématiques de groupes botaniques sont régulièrement réalisées en collaboration avec les anatomistes et laboratoires partenaires. Plusieurs centaines de modifications d’appellation au niveau individuel, spécifique ou générique sont faites chaque année.

Outre l’actualisation et l’enrichissement de la collection, Patrick Langbour assure une importante activité d’expertise en anatomie : entre 200 et 400 spécimens de bois sont ainsi identifiés par an.

Date de mise à jour : 5 septembre 2017

Cookies de suivi acceptés